Télécharger en PDF

Co-Creation Hub (CcHub) est l’un des principaux pôles d’innovation, de technologies et de pré-incubation au Nigeria. C’est un espace où convergent, à Lagos et bien au-delà, des technologues, entrepreneurs, pouvoirs publics et investisseurs d’impact, dans le but d’inventer des solutions nouvelles pour de nombreux pays africains. Pour son CEO, Bosun Tijani, la coopération et l’extension des infrastructures au-delà des frontières permettront de doper la croissance de l’écosystème technologique en Afrique.

 

SP&D : EN QUOI CONSISTE VOTRE STRATÉGIE D’INVESTISSEMENT ?

Bosun Tijani : Notre ambition est de constituer une plateforme robuste, capable d’attirer les meilleures ressources, y compris sous forme de partenariats, afin d’accélérer le recours aux technologies et à l’innovation pour contribuer à la prospérité économique de toute l’Afrique. Nous établissons des partenariats avec les principales parties prenantes dans de nombreux secteurs, et collaborons avantageusement avec les pouvoirs publics et les acteurs internationaux afin de bâtir un écosystème de l’innovation, au Nigeria et ailleurs en Afrique – avec des retombées concrètes sur l’existence de millions de personnes. Nous sommes constamment à la recherche d’individus ou d’équipes qui portent des idées extraordinaires, susceptibles de relever les défis. Nous les aidons à mettre au point des prototypes de solutions dont la pertinence est ensuite testée « in vivo » sur le marché. Cette approche méticuleuse de l’incubation d’idées – et du mentorat auprès de celles et ceux qui les portent – nous permet de disposer d’un processus de validation complet pour accompagner les projets jusqu’à la phase de capital-amorçage.

 

COMMENT ÉVALUEZ-VOUS LE POTENTIEL DE CROISSANCE DES STARTUP INCUBÉES AU SEIN DE CO-CREATION HUB ?

Notre approche s’appuie sur le profil des fondateurs et sur nos propres analyses, ce qui nous permet de sélectionner les projets qui correspondent à nos critères d’investissement. Nous rencontrons les équipes pour leur poser des questions ciblées sur leur expérience, leurs compétences techniques, leur compréhension du problème qu’elles cherchent à résoudre et leur capacité à revoir et faire évoluer leur approche si celle-ci ne fonctionne pas, pour basculer vers une version améliorée. En ce qui concerne les fondamentaux du projet, nous analysons la taille du marché potentiel, l’adaptabilité de la solution proposée et ses éventuels effets de réseaux. Nous évaluons l’intérêt des clients et leur adhésion potentielle. Nous déterminons aussi l’économie unitaire du secteur concerné et la capacité de l’entreprise d’y apporter des améliorations grâce à des solutions innovantes à forte valeur ajoutée. Notre accompagnement s’articule autour de quatre piliers clés : le capital humain, le produit, la distribution et le financement.

Je crois que le continent africain est en passe de créer – consciemment – un environnement propice à l’essor de l’innovation technologique.

QUELS SONT LES SOUS-SECTEURS TECHNOLOGIQUES LES PLUS PROMETTEURS AU NIGERIA ?

Je crois que le continent africain est en passe de créer – consciemment – un environnement propice à l’essor de l’innovation technologique. Nous l’avons constaté à travers l’engagement et le soutien d’organisations nationales et internationales. Des investisseurs du monde entier manifestent notamment un intérêt considérable pour nos start-up de fintech, ce qui prouve que le secteur africain des nouvelles technologies est désormais pris au sérieux. Cet engouement s’étend aussi aux nouvelles technologies appliquées aux secteurs du transport et de la logistique, de la santé (HealthTech), de l’éducation (EdTech) ou de l’agro-industrie (AgriTech), tant à l’échelle locale qu’au niveau international.

 

BEAUCOUP DE START-UP AFRICAINES RENCONTRENT DES DIFFICULTÉS D’ACCÈS AU FINANCEMENT BANCAIRE. PARTAGEZ-VOUS CE CONSTAT ?

Oui. L’accès aux prêts bancaires a pu constituer jusqu’ici un défi pour les entreprises. Ce phénomène est aggravé par des réalités économiques souvent difficiles et des obstacles inhérents au manque de transparence, à la mauvaise qualité de l’information financière ou encore à l’absence de stratégies gouvernementales claires dans le soutien au développement des start-up. Tous ces éléments font qu’il est souvent compliqué de s’assurer un financement auprès des banques. Sur les marchés émergents, cette situation a conduit les start-up à rechercher des financements et un appui auprès des investisseurs de capital-risque.

 

EN AFRIQUE, L’ÉCOSYSTÈME DU SECTEUR TECHNOLOGIQUE EST ENCORE JEUNE. COMMENT PEUT-ON MIEUX ACCOMPAGNER LES START-UP POUR LES AMENER À MATURITÉ ?

Une coopération et des infrastructures dépassant les frontières géographiques permettront de doper la croissance de l’écosystème technologique en Afrique. Il nous faut mettre en commun nos ressources collectives – en tant qu’individus, institutions ou regroupements d’intérêts – pour développer des infrastructures numériques innovantes à l’échelle du continent. Cela nous permettra de bâtir l’Afrique à laquelle nous aspirons. C’est pourquoi nous avons lancé la structure CcHub Syndicate (voir ci-contre). CcHub, le CcHub Syndicate et l’indice « d’opportunités commerciales » Social Connectedness Index (SCI) Trade Opportunity Index sont trois outils au service de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), lancée en janvier 2021.

 

DANS LES ANNÉES À VENIR, QUELLES SERONT LES PRINCIPALES OPPORTUNITÉS COMMERCIALES POUR UNE START-UP AFRICAINE ?

Avec la mise en place de la Zlecaf, d’innombrables opportunités vont se dessiner pour stimuler et accélérer le potentiel commercial de l’Afrique. Elles concerneront des entreprises sur tout le continent. Les premiers échanges commerciaux réalisés dans le cadre de la zone de libre-échange datent du début de cette année, et la Zlecaf est – après l’OMC – la plus importante au monde en nombre de pays participants. C’est pourquoi nous avons décidé de consolider notre effort en créant une plateforme baptisée Social Connectedness Index (SCI) Trade Opportunity Index, qui vise à dynamiser les échanges dans le cadre de la Zlecaf.

 


CcHub

Co-Creation Hub (« CcHub ») est un centre d’innovation visant à favoriser l’utilisation du capital social et des nouvelles technologies pour parvenir à la prospérité économique. Implanté à Yaba, un quartier de Lagos, au Nigeria, CcHub a été cofondé en 2010 par Bosun Tijani et Femi Longe. L’organisme propose une plateforme d’échange pour la recherche de solutions innovantes aux problèmes sociétaux. En 2019, CcHub – qui a accompagné plus de 150 startup depuis sa création – annonçait le rachat de iHub, son principal homologue en Afrique de l’Est.