Télécharger en PDF

Actif dans de nombreux secteurs – dont les services financiers, la santé et le textile –, le groupe CIEL figure parmi les plus importants acteurs économiques de l’île Maurice. Une performance liée à ses activités dans plusieurs pays africains où, malgré l’impact de la Covid-19, le groupe familial met en œuvre une stratégie de développement régional et durable. Décryptage de Jean-Pierre Dalais, son directeur général.

 

Pour le groupe CIEL, l’équilibre se trouve plus que jamais en Afrique, avec un pied solidement ancré à Maurice, son pays d’origine, et un autre posé à la fois à Madagascar, en Tanzanie, en Ouganda, au Kenya ou encore au Nigeria. Ce conglomérat international « enjambe » ainsi le continent africain où il génère 80 % de son chiffre d’affaires – qui s’est établi à environ 500 millions d’euros en 2020. « Nous y employons près de 25 000 personnes1 », indique Jean-Pierre Dalais, son directeur général, depuis le siège du groupe installé près de Port-Louis. « L’Afrique est l’un de nos principaux marchés. Elle est aussi notre avenir. C’est la région du monde qui va connaître la plus forte poussée démographique d’ici à 2050 », ajoute le dirigeant.

 

CIEL POURSUIT SON OFFENSIVE SUR SES MARCHÉS HISTORIQUES

Jeune, résilient, innovant… Le continent recèle de nombreux atouts. Et offre un écosystème entrepreneurial en pleine ébullition. Sur de nombreux secteurs technologiques et financiers, l’Afrique est en pointe et voit apparaître un peu partout de nouveaux incubateurs et accélérateurs de jeunes pousses. « Cette capacité d’entreprendre va favoriser l’émergence de PME et start-up innovantes qui vont créer l’Afrique de demain, s’enthousiasme Jean-Pierre Dalais. C’est extrêmement stimulant. Nous sommes mauriciens et donc africains. Cette dynamique constitue l’un des principaux moteurs de notre stratégie de développement. »

Le groupe CIEL entend accompagner cet élan. Pour cela, il va poursuivre ses investissements sur ses marchés historiques, tout particulièrement à Madagascar – où il est présent depuis 1989 – et en Afrique de l’Est. Sa nouvelle feuille de route, qui trace les perspectives de ses activités pour les prochaines années, prévoit par ailleurs de renforcer ses partenariats locaux. Pour Jean-Pierre Dalais, ce point est crucial. « L’Afrique se conjugue au pluriel. Les spécificités locales restent fortes ». Culture managériale, contexte politique, gouvernance publique… Sur le terrain, les réalités sont souvent contrastées. Conséquence : chaque pays, chaque région offre son propre environnement des affaires. « Dès lors, il est fondamental de pouvoir s’appuyer sur un réseau de partenaires expérimentés qui savent appréhender ces réalités », souligne-t-il.

Autres points de vigilance : la forte volatilité des devises locales et la difficulté d’accès à des prêts compétitifs due au risque de crédit. « Le financement représente un vrai défi, y compris pour un groupe de notre envergure », confirme son directeur général. Avant d’ajouter : « Dans de nombreux pays émergents d’Afrique de l’Est, en Tanzanie et en Ouganda par exemple, les taux d’intérêt restent très élevés ».

 

LES SERVICES DE SANTÉ, POUMON DE LA CROISSANCE DU GROUPE MAURICIEN

L’ensemble du continent propose néanmoins un environnement des affaires de plus en plus stable et homogène, et attire chaque année quelque 45 milliards de dollars d’investissements directs étrangers. Pour le groupe CIEL, les opportunités à saisir sont encore nombreuses. « Notre stratégie vise à valoriser les circuits courts et inclusifs de façon à toucher le plus d’usagers locaux », précise le dirigeant.

Ce qui est vrai en particulier dans le secteur des services financiers où CIEL est désormais un acteur incontournable. « Le taux de bancarisation en Afrique subsaharienne reste faible, de l’ordre de 10 %. Dans le mobile-banking par exemple, nous avons identifié des besoins importants », poursuit Jean-Pierre Dalais. La filiale CIEL Finance est déjà actionnaire majoritaire de BNI Madagascar, après le rachat des parts du Crédit agricole. Dans le capital-investissement (private equity), le groupe est présent dans de nombreux pays d’Afrique de l’Est. CIEL Finance dispose également d’autres filiales dont IPRO et MITCO, actives à Maurice, au Botswana et en Afrique du Sud.

Le taux de bancarisation en Afrique subsaharienne reste faible, de l’ordre de 10 %. Dans le mobilebanking par exemple, nous avons identifié des besoins importants.

Le groupe anticipe par ailleurs une montée en puissance dans le secteur de la santé. Leader sur le marché hospitalier à Maurice et en Ouganda notamment, sa filiale CIEL Healthcare se prépare à de nouvelles opérations, au gré des opportunités. « La pandémie de la Covid-19 a révélé la fragilité et la disparité des systèmes de santé publics africains », observe Jean-Pierre Dalais. Or, dans de nombreux pays du continent, c’est le secteur privé qui répond le plus souvent à la croissance de la demande en soins des populations. « La classe moyenne africaine souhaite désormais avoir accès à des soins privés de qualité. Nous cherchons à élargir notre offre sur les marchés en croissance, en Afrique anglophone notamment. ».

Même stratégie de consolidation sur les autres secteurs d’activité du groupe. Agro-industrie, textile, tourisme… : malgré l’impact de la crise sanitaire, CIEL est sur tous les fronts. « L’année 2020 a été compliquée. C’est comme si nous avions gravi plusieurs fois le Kilimandjaro. Il a fallu être endurant et trouver des solutions tous ensemble », admet le dirigeant. Avant de conclure : « Mais nous sommes plus forts aujourd’hui. En outre, nous avons la chance à Maurice de bénéficier d’une zone économique spéciale (ZES), ainsi que d’accords privilégiés avec certains pays africains. Ce qui est très précieux. »

 


Groupe CIEL

CIEL est un groupe d’investissement basé à l’île Maurice avec une histoire plus que centenaire. Doté de fortes valeurs familiales, il poursuit son développement sur le continent africain autour de six pôles sectoriels stratégiques : l’agriculture, le textile, les services financiers, l’hôtellerie, l’immobilier et les services de santé. À travers ses différentes filiales et participations, CIEL emploie plus de 32 000 employés répartis à Maurice, sur le continent africain et en Asie.